FAMILLE GILLIER

LA FAMILLE GILLIER

 blason-gillier.jpg  

  A la famille Maintrolle, succède la famille Gillier qui acquiert la seigneurie de Salles,à la famille Maintrolle.(Arch. Hist. du Poitou - Cartulaire de l'abbaye des Châteliers.)

   "Sachent tous, que comme nobles hommes messire Jehan Maintrolle, chevalier; seigneur de Salles, et Pierre Maintrolle, chevalier, son fils, seigneur de Puy-Aymenton, fussent tenus et obligé et chascun d'eux en droit en soy, et mesmement ledit messire Pierre Maintrolle, tant de son chief, que aussi comme héritier seul pour le tout de feue dame Catherine de Chiré, sa femme, femme en son vivant de Jehan Maintrolle, audit maistre Estienne Gillier, en la somme de quatorze ecus d'or seize sols huit deniers, etc. 23 avril 1455".

     C'est de cette façon que le fief de Salles passe d'une ancienne noblesse chevalresque à une nouvelle noblesse issue de la petite bourgeoisie.

LA NOUVELLE NOBLESSE

     Beaucoup de vielles familles nobles ont été disséminées par les guerres successives Franco- Anglaises qui se sont écoulées au fil des années. Les Capétien recherchent les grands serviteurs de l'Etat parmi les bourgeois qui sont disponibles et plus faciles à contrôler.

     Les villes se sont émancipées, beaucoup sont devenues des communes avec leurs échevins et leur maire. Ces derniers dans la majorité des cas ont été anoblis sur la fin ou à l'issue de leur magistrature. Beaucoup de familles poitevines sont ainsi passées de la petite bourgeoisie à la haute bourgeoisie, puis à la nouvelle noblesse. Parmi ceux-ci, il y a les Gourgeault, les Païens et bien d'autres, dont la famille Gillier.

ORIGINES DES GILLIER

     Les premiers Gillier connus sont Philippe et Jean, deux frères qui possédaient une "Hostellerie de moult petit estat en la ville de Lussac et n'avoient en ycelluy temps, ne oncques n'avoit eu, dix livres de rentes de revenu par an " (arch. Nat. JJ. 82, n° 547, f° 356). Ils tenaient de la femme de l'un d'entre eux, une petite maison au village de Champ, en cette même ville qu'ils louaient à un moine d'Ebreuil, André Maréchal. Une certaine animosité existait entre les habitants et le dit moine, mirent le moine dehors et occupèrent la bâtise pendant plusieures semaines. La chose nous est connue du fait qu'elle paasa en dernier ressort au Parlement de Poitiers le 30 juillet 1332. Les frères POrcher furent condamnés à une forte amende et aux dépens (Arch. Nat. X1a 6, f° 255).

     Est-ce à l'issue de ce procès ? Le fait est que le comte de Poitiers devint le protecteur de Philippe Gillier. C'est ainsi qu'en 1345, il est maître des garnisons pour le comte, et en 1349; receveur du Poitou et Limousin.

     Pendant son office de receveur du Poitou, il commit de nombreuses fautes, malversations et concusions. Il fallut pourtant attendre le début de 1354, pour que la chambre des comptes mette le roi au courant. D'après le mémoire de cette cour, Philippe Gillier était poursuivi pour 75 chef d'accusation. Au mois de novembre le roi Jean accordait des lettres de grâces, moyennant une composition financière et certaines restitutions. C'est Grâce à ces lettres que nous connaissons la liste des chefs d'accusation. Et par celle-ci également que nous voyons l'enrichissement rapide de Philippe Gillier. (Arch. Nat. 82, n° 547, f° 356)-(Arch. Nat JJ 96, n° 398, f° 139).

     En 1365, il était trésorier du Dauphiné, et avait probablement recommencé ses malversations, puisque le roi demandait à la chambre des comptes de saisir une maison qu'il possédait à Montreuil-sous-Bois (Arch. Nat. JJ. 50 f° 16v°). En Janvier une composition est accordée à Philippe, après emprisonnement, en compensation des concusions et malveillances dûes à la question de ses offices, dans ces lettres la position qu'il occupait est entièrement citée. (Arch. Nat. JJ. 110, n° 115, f° 66v°).

DENIS GILLIER

     Tel le digne fils, il a su profiter des grâces royales, mais sans doute les a-t-il méritées. Il possède le domaine des Forges, que possédait son père, suite à une affaire assez tumultueuses.

     Outre qu'il était lieutenant de son père en tant que receveur du Poitou, il semble qu'il ait participé à la reprise de Poitiers en 1372 par les troupes de Du Guesclin qui purent entrer. Les portes leur avaient été ouvertes par les partisant de Denis Gillier. Cette action lui valut la reconnaissance du roi qui le nomma Trésorier Général de France.

     Denis suivi l'exemple de son père Philippe. Il se rendit coupable des mêmes fautes. Il fut enfermé ,suivant les ordres de Charles VII, mais réussit à obtenir des lettres de rémissions contre certaines restitutions pécuniaires. (Arch. Nat. JJ. 110, n° 115 f° 66v). Le roi voulant le remercier de sa mission sur Poitiers, lui octroya des lettres de noblesse dès l'année 1379, le 10 août (Arch. Nat. JJ115, n° 282, f° 139). Ce doit être à compter de ce jour qu'il porta le titre de seigneur des Forges. Du roi il reçu également le don irrévocable pour lui et les sa descendance : la présentation des greffes du Poitou et Limousin.

     Il était échevin de Poitiers, et fut maire en 1392. Il se signala par sa bonne gestion, mais surtout par la reconstruction d'une partie des murs d'enceinte.

     Denis fut marié trois fois :

          1 - Catherine Guérineau, fille d'un bourgeois de Poitiers.

          2 - Jeanne du Chilleau, fille du prévôt de Poitiers, jean du Chilleau.

          3 -Jeanne de Taunay, fille de Jean, maire de Poitiers en 1370.

     De son premier mariage il eut, Jeanne qui épousa vers 1390, Guillaume du Chilleau, garde du sceau de la seigneurie de Bois-Pouvreau.

     Du deuxième mariage il eut

          -  Nicolas qui fut chambellan de Charles VII, chevalier seigneur de Prunier,

          - Gilbert et Amboise mort lors de la bataille de Vernueil en 1478.

     Du Troisème mariage, il eut quatre enfants,

          - Etienne qui sera seigneur de Salles;

          - Jean, notaireet secrétaire du roi;

          - Jacqueline épouse de Poinçonnet de Vivonne;

          - Jeanne épouse de Jean de Vailly, président du Parlement de Poitiers.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×