SAINTE-MAURE Seigneur de Salles

Après les pemiers Seigneurs de Salles, la famille Maintrole, puis la famille Gillier,Les Sainte Maure de Montausier relève la terre de Salles.

SAINTE MAURE- Originelochois2.jpg

armes-stmr-2.jpg La famille de Sainte-Maure tire son nom d'une petite commune de Touraine, aujourd'hui répitée pour son fromage de Chèvre.

Cette famille est connue dès la fin du 9ème siècle.

Le premier domaine tombe en Quenouille et la maison de préssigny, par Guillaume, reprend les armes et les titres de Sainte-Maure . Les terres se transmettent jusqu'à Isabelle de Sainte-Maure (morte en 1310) qui épouse (1301) Amaury de Craon (mort en 1332).

. Après les Craon, la baronnie passe aux La Rochefoucault, aux Estouteville, aux du Fou et aux Rohan, puis aux Rohan-Guéméné. Si les branches cadettes perdent les terres, elles gardent le nom. C'est ainsi qu'il y aura les Montgaugier, Origny, Chaux, Montausier.

geneal-003.jpg

SAINTE-MAURE MONTAUSIER

chato-mtzr-3.jpgMONTAUSIER - Origine

 

La terre de Montausier est un apanage des comtes d'Angoulème Taillefer, d'une terre située dans le petit Angoumois. Il y eut une première maison qui ne dura point. La baronie fut donné à une autre descendance, Foulques, qui s'arrêta avec Marguerite Taillefert, dame de Montausier qui épousa  Guy de Sainte-Maure.

geneal-002.jpg

 

La descendance de Guy de Sainte-Maure et Marguerite Taillefer sera  l'origine des Sainte-Maure Montausier, dont une branche sera la maison de Sainte-Maure de Jonzac; l'autre les Sainte-Maure Montausier,  baron de Salles.

 

geneal-3.jpg

FRANCOIS de SAINTE-MAURE

      Fils unique de Guy de Sainte-Maure et de Anne d'Appelvoisin. A sa naissance il est baron de Montausier, Il épouse Louise Gillier, dame de Salles, et est baron de Salles.. De ce mariage il y a  trois enfants :

- CHARLES, tué au siège de Laon en 1594.

- LEON, seigneur de Montausier et de Salles (voir suivant)

- FRANCOIS, seigneur de Salles, tué en duel à Paris, sur la place Royale par lesieur de Rouillac, le 10 janvier 1614.

- GUY seigeur de Fougeré et chef de la Branche de Barret

- CATHERINE, épouse du comte de Brassac, Jean de Galard de Béarn.

sarcophage-1.jpgLors de la réfection du château, il à été retrouvé dans les anciennes douves le sarcophage de François de Sainte Maure, sur lequel était une gravée une phrase.

François de Sainte-Maure, quelques temps avant sa mort rendit un éminent service à Henri de Navarre. Par lettres obligatoires passées le 11 mars 1587 par devant Bertrand Peronneau, notaire et tabellion royal à La Rochelle, le prince reconnaît devoir à François de Sainte Maure la somme de 15.700 livres tournois dont 2.700 livres pour la vente d'un cheval. Cette dette restera longtemps impayée, car elle n'est remboursé que le 7 octobre 1609.

Une autre Note du Journal de Michel Riche, maire de Saint Maixent :

"    Mai 1579. Lundi 18, une réunion à Saint Maixent des gens des deux religions pour y entendre un sermont sur la conférence faictes à Nérac par Henri de Navarre. Estoient présents entre autres, les seigneurs de Montausier et de la Villedieu . . . . "

François de Sainte-Maure meurt à Saint-Jean d'Angely, en 1588, lors des guerres contre la Ligue.

geneal-6.jpg

A propos du mariage de François de Sainte-Maure, il nous faut lire le journal de Michel Riche, maire de Saint-Maixent :

"    Avril 1572 : Le jeudi, j'étais à Salles pour le mariage de Monsieur de Montausier avec Mademoiselle de Salles, qui ne put se faire alors, parce que les parents de la demoiselle vouloient, qu'avant le mariage, on obtint dispense du pape. Les porparlers estant parents au 3ème degré, et que le mariage se fit à la face de l'Eglise catholique".

Finalement, bien que le contrat fut signé depuis le 2 avril 1572 (devant Charlet à Airvault), les noces purent avoir lieu plus tard comme nous le fait remarquer toujours Micel Riche

"     Août 1572 : Dimanche 24, les noces de Monsieur de Montausier avec Mademoiselle de Salles, furent faictes au Fougeré, pret Amailloux, et y furent épousés le dit jour".

Il est bon de remarquer que cette date est celle d'une autre tristement célèbre, 24 août : Saint Barthélémy.

Le mariage de Louise Gillier et de François de Sainte-Maure, fit que beaucoup de seigneurs de la région, plutôt que de faire le vayage ) Paris pour les noces de Henri de Navare avec Marguerite de France, qui se fit le 18 aôut, préférèrent rester dans leur région et assiter aux épousailles d'un des leurs, cela permit peut-être à certains barons poitevins presque tous de la Réligion Prétendue Réforrmée (RPR).

LEON DE SAINTE-MAURE

      Baron de Montausier, seigneur de Salles et Pugny etc. . .Il épouse le 3 avril 1606, Marguerite de Chateaubriand, fille de Philippe de câteaubriand, comte de Grassay, seigneur des Roche-Baritaud.

      On trouve Léon de Sainte-Maure lors des différents survenus à Saint Jean d'Angely en 1612 où il est porteur d'une lettre de la reine. Il est décédé de très bonne heure, laissant une femme avec trois enfants à élevé. Léon serait décédé avant 1624, comme le précise une requête de Guy de Sainte-Maure seigneur de Pugny ou il est dit " . . dame Marguerite de Chateaubreind, en nom et comme ayant garde noble de ses enfanrts et de feu Monseigneur Léon de Sainte Maure, baron de Montausier. .  (Arch. Dép. des Deux Sèvres - Fond Charles Merles - 21 J 143 (lettre G) .

      Les trois enfants sont :

           - Hector, marqis de Montausier, mort lors des guerres d'Italie (1637)

           - Charles, (1610 - 1690), Seigneur de Salles, baron de Montausier à la mort d'Hector. Duc de Montausier, Gouverneur d' Angoumois, gouveneur de Normandie, Gouverneur de Grand Dauphin.

           - Catherine, épouse de Jean de Galard de Béarn, première damme d'honneur de la Reine, Anne d'Autriche.

MARGUERITE DE CHATEAUBRIAND

      Epouse de Léon de Sainte-Maure, elle hérite comme tutrice de ses enfants, des baronnies et seigneurie de Salles en attente de la majorité de ses enfants. En effet L'aîné doit avoir environ 12 ou 13 ans, Charles, le cadet environ10 ans et Catherine est toute jeunes. Marguerite dans la fleur de l'âge doit relever les terres que son époux avait laissées en piteux état, menant une grande vie. Marguerite se retire donc dans une de ses châteaux un peu hors de tout et avec une patience à toute épreuve élève ses enfants. Elle souhaite faire de Hector et de Charles des hommes au nobles comportement.

      A mon avis lorsque l'on peut lire qu'elle se retire dans le château des pères de ses enfants, pour mener une vie presque de recluse, Il me semble que le château de Salles puisse convenir à cette description. Puisqu'il est le château du père et du grand-père des enfants, et qu'il est en retrait par raport au reste la famille qui est à Angoulème.

buste-mtzr-2.jpgCHARLES DE SAINTE-MAUREblason-mtzr1.jpg

      Deuxième fils de Léon de Sainte-Maure il hérite comme cadet de la famille, de la seigneurie de Salles. Il eut une enfance mouvementée. Il était un jeune homme difficile à dompter. Lorsque sa mère crue le moment arrivé, elle emmena ses fils dans une acédémie protestante de Sedan, puis dans une école pour fils de noble à Paris.

      Charles dans un premier temps, suivi son frère en Italie, où tous deux se montrèrent en particulier lors du siège de Casal. Puis Charles partit pour la guerre d'Allemagne, où la aussi il se fit remarquer par sa bravoure et son audace. Maïtre de camp à 28 ans, il fut pour un temps gouverneur des nouveaux pays repris, l'Aslace.

      Il fut très peu présent au château de Salles.

      Selon certains auteurs, il reçu pourtant à deux reprise la visite du roi Louis XIV, lors de passage dans la région et en particlie à l'abbaye de Saint Maixent. La légende dit que le roi lui-même aurait fait planter deux platanes qui sont toujours présents. julie.jpg

      Salles cependant peut s'enorgueillir d'avoir eut dans ses seigneurs l'un des plus illustre personnage du 17ème siècle. Il avait épousé, Julie d'Angenne, fille de la marquise de Rambouillet, dame qui tenait un des plus réputés salons, l'hôtel de Rambouillet, rue Saint Thomas du Louvre. Tous les esprits du temps se retrouvaient la pour discuter. Bien que je sois d'un avis différent, il est dit que chez, madame de Rambouillet est née la préciosité.

      De ce mariage il n'y eut qu'une seule fille, Marie Julie, dame de Salles et marquise  de Montausier.

      Marie Julie épousa le duc Emmanuel de Crussol d'Uzès qui pris le titre de Marquis de Montausier. Ainsi la terre de Salles passa dans la  maison de Crussol.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×